Rassemblons nos solidarités pour faire grandir notre charité

par Olivier Bommelaer
Référent solidarité à l’EAP

 

Ces personnes sont nos maîtres et nous serons leurs serviteurs…, et, ne sachant aimer autrement Dieu que nous ne voyons pas, nous l’aimerons en ces personnes.

À la demande du Pape François, la 3ème journée mondiale des personnes pauvres se tiendra ce dimanche 17 novembre 2019 : L’Étape, le Secours Catholique et la Conférence-St-Vincent-de-Paul d’Asnières ont relevé le défi et y recevront à Saint-Daniel les personnes dont ils s’occupent notamment avec le CCAS d’Asnières, autour d’un repas suivi de vidéos d’interpellations papales.

L’objectif est de fraterniser entre personnes, bénévoles et associations.

Cette date tombe à pic : depuis la rentrée 2019/2020, la paroisse cherche à être plus lisible et transversale sur les diverses initiatives et actions de solidarité qui s’exercent sur son territoire, comme sur les besoins non couverts. Le Père Rapin et l’EAP m’ont demandé d’être référent solidarité dans la nouvelle EAP et réfléchissent à l’opportunité d’un conseil de solidarité ou d’une passerelle de mutualisation de nos solidarités. En effet, leur statut administratif n’autorise pas aux paroisses toute dépense non dévolue directement au culte, ce qui les conduit à déléguer aux associations de lutte contre la pauvreté les aspects financiers et administratifs de leurs solidarités.

Mais l’Évangile nous rappelle inlassablement que la charité ne se délègue pas, que nous ne saurions la réduire à nos aumônes. Et que c’est le Christ lui-même qui se tient aujourd’hui dans chacun des « plus pauvres que nous », croisés quotidiennement sur nos chemins : handicapé, sdf, personne âgée, immigré, reclus…

« Ces personnes sont nos maîtres et nous serons leurs serviteurs…, et, ne sachant aimer autrement Dieu que nous ne voyons pas, nous l’aimerons en ces personnes » écrit Frédéric Ozanam. Nous sommes donc tous incités à faire grandir notre charité par la prière comme en accueillant le pauvre.

« Les pauvres nous sauvent parce qu’ils nous permettent de rencontrer le visage de Jésus- Christ… Au cœur du Peuple de Dieu en marche bat cette force salvifique qui n’exclut personne, mais qui engage chacun à un véritable pèlerinage de conversion pour reconnaître les pauvres et les aimer », nous écrit le Pape François. Et chaque fois que nous leur tendons la main, quelle joie indicible ne met-il pas dans notre cœur !

Olivier Bommelaer
Référent solidarité à l’EAP