Paroisse et église Sainte-Geneviève

Sainte Geneviève

est née à Nanterre vers 420. Alors qu’elle a sept ans, l’évêque saint Germain d’Auxerre, de passage, la remarque et la consacre à Dieu. C’est dans le monde qu’elle mènera sa vie consacrée. En 451, les Huns menacent Paris. Geneviève persuade les parisiens affolés que les Barbares n’attaqueront pas la ville et qu’il est inutile de fuir. En effet Paris est épargné. Puis ce sont les Francs qui viennent l’assiéger. Geneviève s’échappe par la Seine et va quérir du ravitaillement jusqu’à Troyes. Plus tard, elle jouit de la confiance des rois francs et obtient d’eux la grâce des condamnés. Décédée vers 500 à Paris, elle est la sainte patronne des diocèses de Paris et de Nanterre.

Coordonnées:

4 rue du Cardinal Verdier
92600 Asnières-sur-Seine

Tel: 01 47 93 10 46
envoyer un courriel

lieu de culte

église Sainte-Geneviève située:
4 rue du Cardinal Verdier
92600 Asnières-sur-Seine

la chapelle Saint-Daniel fait partie de la paroisse Sainte-Geneviève

Historique

L’église était : « fort ancienne et fort petite avec son petit clocher au-dessus du choeur »
Telle est en 1701, la description de la première église.
Le document le plus ancien qui révèle l’existence d’Asnières est une bulle de 1158 du pape Adrien IV

«Eccl(esi)am de Asneriis cum cimiterio»
(église d’Asnières, avec cimetière)

Cette première église était déjà placée sous le vocable de Sainte Geneviève.
La tradition rapporte que la famille de Geneviève, qui habitait Nanterre, possédait des pâturages s’étendant sur les actuels emplacements des villes de Gennevilliers et d’Asnières.

Cette église a traversé plus de 5 siècles.

En 1541 a lieu sa dédicace par Jean Guillaume, évêque de Sébaste, et au siècle suivant, une confrérie de la charité est fondée à Asnières, par Saint Vincent de Paul, un « voisin » qui était curé de Clichy.

En 1701, Jacques Jubé est nommé curé d’Asnières.

Il trouve l’église trop petite et entreprend la construction de l’église actuelle. C’est l’oeuvre des habitants : « les habitants ont contribué de leur temps, ils ont fait des corvées, ont charrié de la pierre pour le bâtiment ».Ces Asnièrois sont essentiellement des laboureurs et des vignerons. Il n’y a, à l’époque, que 85 « feux », soit 450 habitants environ.

A partir de 1750, le château d’Asnières est construit près de l’église.
Avant la révolution les Cahiers de doléances sont rédigés au presbytère par les membres du Conseil de Fabrique, (l’équivalent du Conseil économique actuel).

Au 19ème siècle, avec l’arrivée du chemin de fer, Asnières s’agrandit rapidement.
En 1868, l’empereur Napoléon III et l’impératrice offrent deux cloches à l’église. Mais la guerre de 1870 endommage le clocher et en 1872 deux nouvelles cloches sont installées.

Au 20ème siècle, l’église à nouveau trop petite.

En 1930, elle est agrandie par la construction d’une travée supplémentaire, le recul de la façade, et l’adjonction de deux bas-côtés.

Enfin, pour être plus proche des quartiers qui se développent, d’autres lieux de culte sont construits: Notre-Dame des 4 routes (chapelle, puis église), Notre-Dame du Perpétuel Secours, et enfin la chapelle Saint-Daniel, terminée en 1961.