Label Église verte

La Terre est notre maison commune.

(Encylique Laudato Si)

 

La Conférence des évêques de France, la Fédération protestante de France, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et le Conseil d’Églises chrétiennes en France ont annoncé dans le cadre d’une journée nationale « Église verte » le 16 septembre 2017, le lancement du Label Église verte.
L’objectif affiché est la « conversion écologique » des paroisses et des communautés locales, dans une « harmonie œcuménique ».

 

 

Action collective
Les Pionners-Caravelles des SGDF et 2 classes de seconde de l’Institution Sainte-Geneviève se lance dans le projet de conversion écologique des espaces vert de St Daniel. Pour cela ils ont besoin d’outils de jardinage et de terrassement, et même des matériaux. Pour les déposer sur place, prendre contact avec nous en remplissant le formulaire en bas de cette page.

Notre paroisse est pilote dans ce projet ! et vous proposons de mener semaine après semaine des actions :

dimanche 11 novembre 2018 :

Et si cette semaine… je faisais deux actions bienveillantes, deux bonnes actions, le plus discrètement possible, sans en parler.

La disparition de l’humilité chez un être humain, enthousiasmé malheureusement par la possibilité de tout dominer sans aucune limite, ne peut que finir par porter préjudice à la société et à l’environnement.. (Encyclique Laudato Si – 224)

dimanche 21 octobre 2018 :

Et si cette semaine… je m’interrogeais sur la fin et le sens d’une chose qui est habituellement sous mes yeux.

Ne renonçons pas à nous interroger sur les fins et sur le sens de toute chose. (Encyclique Laudato Si – 113)


dimanche 14 octobre 2018 :

Et si cette semaine… pendant une journée, je ne regardais pas d’écran.

La culture écologique devrait être un regard différent, une pensée, une politique, un programme éducatif, un style de vie et une spiritualité qui constitueraient une résistance face à l’avancée du paradigme technologique. (Encyclique Laudato Si – 111)


 

dimanche 7 octobre 2018 :

Et si cette semaine… je découvrais la vie de Saint-François d’Assise ou de Sainte-Hildegarde de Bingen.

La gravité de la crise écologique exige que, tous, nous pensions au bien commun et avancions sur un chemin de dialogue qui demande patience, ascèse et générosité, nous souvenant toujours que la réalité est supérieure à l’idée. (Encyclique Laudato Si – 201)


dimanche 30 septembre 2018 :

Et si cette semaine… J’appréciais la pluie, le vent et le ciel gris de l’automne et que je les vivais comme des caresses de Dieu et non comme des désagréments.

Tout l’univers matériel est un langage de l’amour de Dieu, de sa tendresse démesurée envers nous. Le sol, l’eau, les montagnes, tout est caresse de Dieu. (Encyclique Laudato Si – 84)


dimanche 23 septembre 2018 :

Et si cette semaine… J’essayais les mouchoirs lavables, les sacs d’épicerie en tissu et que je refusais le papier du pain.

Si nous nous sentons intimement unis à tout ce qui existe, la sobriété et le souci de protection jailliront spontanément. (Encyclique Laudato Si – 11)


dimanche 16 septembre 2018 :

Et si cette semaine… un des soirs, avant de fermer la maison, les volets ou de dormir, je regardais 10 minutes le ciel.

Le soleil et la lune, le cèdre et la petite fleur, l’aigle et le moineau : le spectacle de leurs innombrables diversités et inégalités signifie qu’aucune des créatures ne se suffit à elle-même. Elles n’existent qu’en dépendance les unes des autres pour se compléter mutuellement, au service les unes des autres. (Encyclique Laudato Si – 86)


dimanche 9 septembre 2018 :

Et si cette semaine… après un an, à découvrir le Label Église verte, à mon tour, je m’engageais pour la protection de la création de Dieu, qu’est notre « maison commune ».

Le sentiment d’union intime avec les autres êtres de la nature ne peut pas être réel si en même temps il n’y a pas dans le cœur de la tendresse, de la compassion et de la préoccupation pour les autres êtres humains. (Encyclique Laudato Si – 91)


dimanche 1er juillet 2018 :

Et si cette semaine… je prenais le temps de penser à mon enfance et/ou si je racontais des moments heureux de mon enfance à mes propres enfants.

Celui qui a grandi dans les montagnes, ou qui, enfant, s’asseyait pour boire l’eau au ruisseau, ou qui jouait sur une place de son quartier, quand il retourne sur ces lieux, se sent appelé à retrouver sa propre identité. (Encyclique Laudato Si – 84)


dimanche 24 juin 2018 :

Et si cette semaine… je prenais un temps de relecture le soir pour me rappeler des jolies choses de ma journée et pourquoi pas de l’année.

Ceux qui jouissent plus et vivent mieux chaque moment sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce qu’ils n’ont pas et qui font l’expérience de ce qu’est valoriser chaque personne et chaque chose, en apprenant à entrer en contact et en sachant jouir des choses les plus simples.. (Encyclique Laudato Si – 223)


dimanche 17 juin 2018 :

Et si cette semaine… j’écrivais une lettre à quelqu’un que j’aime.

La création est de l’ordre de l’amour. (Encyclique Laudato Si – 77)


dimanche 10 juin 2018 :

Et si cette semaine… je prenais le temps de lire, d’écouter ou de regarder une émission culturelle.

La disparition d’une culture peut-être aussi grave ou plus grave que la disparition d’une espèce animale ou végétale. (Encyclique Laudato Si – 145)


dimanche 3 juin 2018 :

Et si cette semaine… je faisais par mon alimentation, du sport ou mon hygiène particulièrement attention à mon corps.

Apprendre à recevoir son propre corps, à en prendre soin et à respecter les significations, est essentiel pour une vraie écologie humaine. (Encyclique Laudato Si – 155)


dimanche 27 mai 2018 :

Et si cette semaine… je faisais un don de temps ou d’argent à une association.

Quand on ne reconnaît pas, dans la réalité même, la valeur d’un pauvre, d’un embryon humain, d’une personne vivant dans une situation de handicap – pour prendre seulement quelques exemples -, on écoutera difficilement les cris de la nature elle-même. Tout est lié. (Encyclique Laudato Si – 117)


dimanche 20 mai 2018 :

Et si cette semaine… j’ouvrais ma porte pour un goûter, un café, un repas ou que je m’asseyais à côté d’une personne que je ne connais pas à la prochaine messe.

On ne peut pas envisager une relation avec l’environnement isolée de la relation avec les autres personnes et avec Dieu. (Encyclique Laudato Si – 119)


dimanche 6 mai 2018 :

Et si cette semaine… je proposais d’aider quelqu’un, un camarade à l’école, un collègue au travail, un(e) voisin(e), mon conjoint, mes parents.

Il faut reprendre conscience que nous avons besoin les uns des autres, que nous avons une responsabilité vis-à-vis des autres et du monde, que cela vaut la peine d’être bons et honnêtes. (Encyclique Laudato Si – 229)


dimanche 15 avril 2018 :

Et si cette semaine… Je n’utilisais plus de produits chimiques dans mon jardin ou pour nettoyer ma maison.

Dans le schéma du gain, il n’y a pas de place pour penser aux rythmes de la nature, à ses périodes de dégradation et de régénération, ni à la complexité des écosystèmes qui peuvent être gravement altérés par l’intervention humaine. (Encyclique Laudato Si – 190)


dimanche 8 avril 2018 :

Et si cette semaine… J’allais marcher près d’un plan d’eau, le long de la Seine ou dans un parc en admirant les arbres.

Le mystique fait l’expérience de la connexion intime qui existe entre Dieu et les êtres. S’il admire la grandeur d’une montagne, il ne peut la séparer de Dieu, et il perçoit que cette admiration intérieure qu’il vit doit reposer dans le Seigneur. (Encyclique Laudato Si – 234)


dimanche de Pâques 1er avril 2018 :

Et si cette semaine… J’ouvrais les yeux ou au contraire je les fermais pour entendre le bruit des oiseaux ou admirer les insectes.

La nature est pleine de mots d’amour, mais comment pourrons-nous les écouter au milieu du bruit constant, de la distraction permanente et anxieuse, ou du culte de l’apparence ? (Encyclique Laudato Si – 255)


dimanche 25 mars 2018 :

Et si cette semaine… Je faisais quelques repas sans viande, ou que j’introduisais des légumineuses dans mes menus.

L’environnement est un bien collectif, patrimoine de toute l’humanité, sous la responsabilité de tous. (Encyclique Laudato Si – 95)


dimanche 18 mars 2018 :

Et si cette semaine… Je prenais le temps de semer, d’offrir des graines ou des fleurs à mes voisins.

L’univers se déploie en Dieu, qui le remplit tout entier. Il y a donc une mystique dans une feuille, dans un chemin, dans la rosée, dans le visage d’un pauvre. (Encyclique Laudato Si – 233)


dimanche 11 mars 2018 :

Et si cette semaine… je prenais le temps de faire le marché, d’acheter des produits à des producteurs locaux ou des petits commerçants de mon quartier.

Cesser d’investir dans les personnes pour obtenir plus de profit immédiat est une très mauvaise affaire pour la société. (Encyclique Laudato Si – 128)


dimanche 4 mars 2018 :

Et si cette semaine… je prenais le temps de prier pour nos dirigeants politiques.

Faisons en sorte que notre époque soit reconnue dans l’histoire comme celle de l’éveil d’une nouvelle forme d’hommage à la vie, d’une ferme résolution d’atteindre la durabilité, de l’accélération de la lutte pour la justice et la paix et de l’heureuse célébration de la vie. (Encyclique Laudato Si – 207)


dimanche 11 février 2018 :

Et si cette semaine… je me motivais à parler de l’Encylique Laudato Si à une personne qui ne la connait pas. (Comme une bonne lecture de carême)

Il ne s’agit pas de parler tant d’idées, mais surtout de motivations qui naissent de la spiritualité pour alimenter la passion de la préservation du monde. (Encyclique Laudato Si – 216)


dimanche 4 février 2018 :

Et si cette semaine… Je faisais seul(e) ou accompagné(e) une marche de 20 minutes dans ma ville et que j’en profitais pour ramasser les déchets sur mon chemin.

Accomplir le devoir de sauvegarder la création par de petites actions quotidiennes est très noble, et il est merveilleux que l’éducation soit capable de les susciter jusqu’à en faire un style de vie. (Encyclique Laudato Si – 211)


dimanche 28 janvier 2018 :

Et si cette semaine… Je prenais le temps de confier au Seigneur et de louer les mérites des professeurs que j’ai eus, qu’ont mes enfants, mes petits-enfants ou que je connais.

Une bonne éducation scolaire, dès le plus jeune âge, sème des graines qui peuvent produire des effets tout au long d’une vie. (Encyclique Laudato Si – 213)


dimanche 21 janvier 2018 :

Et si cette semaine… J’invitais quelqu’un à dîner.

Nous parlons d’une attitude du cœur, qui vit tout avec une attention sereine, qui sait être pleinement présent à quelqu’un sans penser à ce qui vient après, qui se livre à tout moment comme un don divin qui doit être pleinement vécu. (Encyclique Laudato Si – 226)


dimanche 14 janvier 2018 :

Et si cette semaine… Je trouvais l’occasion d’offrir quelque chose ou même simplement du temps à quelqu’un qui ne pourra rien me rendre en retour.

L’amour fraternel ne peut être que gratuit, il ne peut jamais être une rétribution pour ce qu’un autre réalise ni une avance pour ce que nous espérons qu’il fera. C’est pourquoi, il est possible d’aimer les ennemis. Cette même gratuité nous amène à aimer et à accepter le vent, le soleil ou les nuages, bien qu’ils ne se soumettent pas à notre contrôle. (Encyclique Laudato Si – 228)


dimanche 7 janvier 2018 :

Et si cette semaine… je ne courrais pas pour prendre les transports en commun ou que je mettais mon réveil 10 minutes plus tôt pour prendre mon temps au petit-déjeuner.

Beaucoup de personnes font l’expérience d’un profond déséquilibre qui les pousse à faire les choses à toute vitesse pour se sentir occupées, dans une hâte constante qui, à son tour, les amène à renverser tout ce qu’il y a autour d’eux. Cela a un impact sur la manière dont on traite l’environnement. (Encyclique Laudato Si – 255)


dimanche 24 décembre 2017 :

Et si cette semaine… Je prenais le temps d’allumer une bougie dans ma maison et d’écouter de la musique.

Une écologie intégrale implique de consacrer un peu de temps à retrouver l’harmonie sereine avec la création, à réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux, à contempler le Créateur, qui vit parmi nous et dans ce qui nous entoure. (Encyclique Laudato Si – 255)


dimanche 17 décembre 2017 :

Et si cette semaine… je prenais le temps d’appeler mes parents, mes grands-parents, un frère, une cousine ou un oncle sans rien avoir à leur demander, juste pour prendre des nouvelles.

Dans la famille, on cultive les premiers réflexes d’amour et de préservation de la vie, comme par exemple l’utilisation correcte des choses, l’ordre et la propreté, le respect pour l’écosystème local et la protection de tous les êtres créés. La famille est le lieu de la formation intégrale. (Encyclique Laudato Si – 213)


dimanche 10 décembre 2017 :

Et si cette semaine… Je prenais le temps de faire une bonne soupe de légumes et que je la partageais avec des gens que j’aime.

 La terre nous précède et nous a été donnée. Chaque communauté peut prélever de la bonté de la terre ce qui lui est nécessaire pour survivre, mais elle a aussi le devoir de la sauvegarder et de garantir la continuité de sa fertilité pour les générations futures. (Encyclique Laudato Si – 67)


dimanche 3 décembre 2017 :

Et si cette semaine… je supprimais un cadeau de ma liste de Noël et que je faisais un don du prix de ce cadeau.

La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété, et une capacité de jouir avec peu. (Encyclique Laudato Si – 222)


dimanche 26 novembre 2017 :

Et si cette semaine…Je prenais le temps de donner un jouet, un livre ou un vêtement que je n’utilise plus et qui ferait certainement plaisir à autrui.

La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. (Encyclique Laudato Si – 223)


dimanche 19 novembre 2017 :

Et si cette semaine… Je versais dans le jardin ou dans un bac à fleurs l’eau que j’utilise pour rincer mes fruits et légumes.

L’accès à l’eau potable et sûre est un droit humain primordial, fondamental et universel, parce qu’il détermine la survie des personnes et par conséquent il est une condition pour l’exercice des autres droits humains.  (Encyclique Laudato Si – 30)


dimanche 12 novembre 2017 :

Et si cette semaine… Je prenais 10 minutes en silence pour contempler la nature dans la ville, sur un banc dans un parc, sans portable ni journal.

Il semble ainsi que nous prétendions substituer à une beauté, irremplaçable et irrécupérable, une autre créée par nous. (Encyclique Laudato Si – 34)


dimanche 22 octobre 2017 :

Et si cette semaine… J’adressais des sourires bienveillants à mes voisins de palier, à mes collègues, à celui qui partage avec moi la banquette des transports en commun.

Il n’y a pas de frontières ni de barrières politiques ou sociales qui nous permettent de nous isoler, et pour cela même il n’y a pas non plus de place pour la globalisation de l’indifférence. (Encyclique Laudato Si – 52)


dimanche 8 octobre 2017 :
Et si cette semaine… Je faisais un don du prix d’un ticket restaurant à une personne croisée, à une association ou à la quête dominicale.

Les gémissements de sœur terre se joignent au gémissement des abandonnés du monde, dans une clameur exigeant de nous une autre direction. (Encyclique Laudato Si – 53)


dimanche 1er octobre 2017 :
Et si cette semaine… Je me rendais à l’école, au travail, ou à la messe à pied ou en vélo.

Nous sommes appelés à être les instruments de Dieu le Père pour que notre planète soit ce qu’il a rêvé en la créant et pour qu’elle réponde à son projet de paix, de beauté et de plénitude. (Encyclique Laudato Si – 53)


dimanche 24 septembre 2017 :
Et si cette semaine… Je faisais un compliment à quelqu’un de mon entourage et/ou que je louais ses qualités à une tierce personne.

Toutes les créatures sont liées, chacune doit être valorisée avec affection et admiration, et tous, en tant qu’êtres, nous avons besoin les uns des autres. (Encyclique Laudato Si – 42)


dimanche 17 septembre 2017 :
Et si cette semaine… Je prenais une beauté de la Création de Dieu en photo et que je la partageais.

Le monde est plus qu’un problème à résoudre, il est un mystère joyeux que nous contemplons dans la joie et dans la louange. (Encyclique Laudato Si – 12)


Lire l’encyclyque Laudato Si
Ecouter le témoignage de Marie-Tiyi Jalon sur Radio Notre-Dame

Pour plus d’informations contacter Marie-Tiyi Jalon
06 01 74 04 79
Utiliser le formulaire ci-dessous pour envoyer un message