Dieu nous accompagne

par le Père Marcel Allard
Vicaire sur les paroisses Sainte-Geneviève et Notre-Dame du Perpétuel-Secours

 

Notre quotidien est assombri, mais des chemins de guérison s’ouvrent.

Il est impossible à Dieu de nous oublier, au contraire, lorsque nous sommes en grande difficulté Il est particulièrement proche.

En temps ordinaire, non seulement on oublie sa présence, mais on conteste son existence. En ces jours, toutes les cloches des églises vont sonner pour nous inviter à lever nos cœurs vers lui et lui parler de nous et de tous ceux qui sont dans une grande affliction. La prière de demande n’a jamais quitté les hommes à travers les siècles.

Comment Dieu répond ?

Le psaume 33 affirme « un pauvre crie, le Seigneur entend et le délivre de toutes ses épreuves ». La réponse de Dieu nous semble parfois longue à venir ou trop partielle.
 Durant sa vie au milieu de nous, Jésus a guéri beaucoup de malades et d’infirmes mais pas tous. Il ne s’est pas montré guérisseur universel des corps, mais des cœurs. Il est allé à la racine des malheurs: nos cœurs épaissis par l’égoïsme et l’orgueil.

Aujourd’hui ces guérisons apparaissent.

Au travers de nombreuses interventions rapportées par les moyens de communication, je perçois que l’intention de Dieu est captée par des scientifiques, des politiques, personnes illustres et gens ordinaires.

Au début de la Bible, une parole phare: « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Protégez-vous, appliquez les consignes, c’est indispensable pour protéger les autres…et pensez aux soignants, qui sont en première ligne.

Ce message n’est pas parfaitement suivi, cette invitation est de mieux en mieux entendue. Quelle belle initiative que ces applaudissements de 20 heures à partir des balcons et des fenêtres.

Prendre soin les uns des autres
.
Et si cela devenait durable.
 J’ai beaucoup aimé ces paroles souvent reprises: « Le jour d’après ne sera pas comme le jour d’avant ».

Oui, nous aurons beaucoup appris de notre fragilité et Dieu pourra mieux se faire entendre lorsqu’ Il dit: « Heureux les pauvres, les royaume des cieux est à eux ».
Le vie selon Dieu nous conduit au bonheur, à notre vrai accomplissement.

Notre quotidien est assombri, mais des chemins de guérison s’ouvrent.

Dieu peut continuer de donner des guérisons partielles, mais surtout, aucun de nos cris vers lui ne restera sans écho. Il est le maître de la vie.

Il sera notre plénitude.

Père Marcel Allard
Vicaire