De Laudato Si à Fratelli Tutti : un jardin Saint François

par Estelle Grenon
Référente Église Verte

Notre paroisse avance. Grâce à l’écologie, le parcours Espérance et le parcours Paix, tout nous conduit à la fraternité.

« Il aimait et était aimé pour sa joie, pour son généreux engagement et pour son cœur universel. C’était un mystique et un pèlerin qui vivait avec simplicité et dans une merveilleuse harmonie avec Dieu, avec les autres, avec la nature et avec lui-même. » À l’origine d’un premier cadeau du Pape François pour notre humanité : Laudato Si, François d’Assise, saint patron de ce jour nous comble d’une seconde joie aujourd’hui avec la parution de Fratelli Tutti.

 

« Fratelli tutti » est le titre que le Pape a choisi pour sa nouvelle encyclique consacrée à la « fraternité » et à « l’amitié sociale ». Comment entendre cet appel du Pape François à vivre fraternellement avec tout ce et tous ceux que Dieu a créé ? Comment mieux honorer chaque Création si ce n’est en se considérant son frère, sa sœur ?

 

Notre paroisse avance. Grâce à l’écologie, le parcours Espérance et le parcours Paix, tout nous conduit à la fraternité.

 

Quelle était l’intuition du père Julien avec le jardin en terrasse de Saint-Daniel et la dynamique
Église Verte ? Saisir l’écologie comme une occasion de fraternité. Labourer cette terre en friche, semer, arroser à tour de rôle et récolter les fruits et légumes comme un bien commun. L’individualisme et l’indifférence sont clairement à la source de bien des dérèglements de nos sociétés, de notre terre et notre relation à Dieu.

 

Retrouvons-nous, chers frères et soeurs pour déjeuner et jardiner ce dimanche à Saint-Daniel : Laudato Si et Fratelli Tutti en pratique.

 

Il est énoncé dans les lectures du jour que cultiver pour soi conduit à la mort. La vigne porte du fruit si elle profite à tous. Combien notre monde actuel avec tous ces freins, ces gestes barrières à l’attention aux autres est divisé ?

 

« Tout comme cela arrive quand nous tombons amoureux d’une personne, chaque fois que François d’Assise regardait le soleil, la lune ou les animaux même les plus petits, sa réaction était de chanter, en incorporant dans sa louange les autres créatures. » Laudato SI

Estelle Grenon