Les cinq essentiels : la formation

Prière – Fraternité – Service – Formation – Évangélisation

Après la prière, la fraternité et le service, voici donc le quatrième essentiel de la vie chrétienne : la formation.

Avec le service nous cherchons à vivre ce précepte présent dès l’ancien testament : « Aimer son prochain comme soi-même », lui souhaitant et agissant comme nous aimerions qu’il agisse pour nous en pareille situation. Or, si nous nous décidons à servir dans ce sens d’aimer le prochain, il est sûr que nous allons, et cela est bon, atteindre nos limites. Limites matérielles, humaines et spirituelle. Il arrive même que l’apparente ou réelle inefficacité de notre service nous fasse douter de l’opportunité de continuer, soulève des questions existentielles, voir même nous fasse douter dans notre foi.

C’est alors que la formation devient indispensable pour une nécessaire maturation dans notre engagement. La formation peut prendre diverses formes » ; du simple mais nécessaire partage d’expérience à la décision de suivre des études qualifiantes comme « Bâtir sur le Roc » en passant par des formations dispensées en fonction de tel ou tel engagement comme par exemple « Fleurir en liturgie » ou « Accueillir en paroisse », pour n’en citer que quelques-unes sur les multiples proposées par le diocèse.

Par la formation, il nous est donner d’acquérir des compétences et surtout de (re)-trouver un sens à notre service.

Nul ne peut se dire exempter de formation, ou alors qu’il soit formateur et cela sera finalement pour lui une occasion de se former pour continuer à être pertinent et audible dans un monde en pleine mutation.

Au final accepter de se former, est se rendre disponible pour être configurer au Christ selon la grâce de notre baptême, car le commandement nouveau n’est pas d’aimer son prochain comme soi-même mais bien :

Aimez-vous les uns, les autres, comme je vous ai aimé.

La formation devient alors et aussi un lieu de communion au Christ pour aimer comme il m’a aimé.

Père Julien BRISSIER