Ce que je voudrais vous dire

Tout d’abord MERCI car vous avez suscité et affermi mon cœur de prêtre. En 6 années, j’ai énormément appris sur moi-même et sur la vie en église. Savoir faire la différence entre un rêve, une idée et un projet. Saisir les opportunités plutôt que tout réinventer. Accompagner et progresser ensemble.

Vous m’avez permis d’incarner la devise de mon ordination :

« Comme le Christ a aimé l’Église, il s’est livré pour elle ».

Mais aussi, je voudrais vous demander pardon, d’avoir trop souvent privilégié les projets aux personnes, et les personnes à l’intimité avec le Seigneur. Pardon à ceux que cela a pu blesser et pour la profondeur qu’il m’a parfois manquée.

Ensuite, je voudrais vous laisser une manière de voir l’Ensemble Pastoral. Je n’ai pas raisonné en clocher ou peu en communauté mais en charisme des lieux. C’est ainsi que pour les événements demandant intériorité et le lien à la cité nous pouvons suivre l’exemple de Sainte Geneviève. Alors que pour les étapes de croissance tant humaine, qu’intellectuelle et spirituelle à commencer par les plus jeunes mais pas seulement, Saint-Daniel est un lieu de déploiement hors du commun.

Et il y a bien sûr Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours qui plus que jamais sera le lieu de l’accueil et de la prière qui s’élargie aux besoins de tous, afin que tous en découvrant la tendresse de la mère, s’attache à son fils.

Je dois vous avouer, que mon attachement à Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours vient du fait qu’avant même d’entrer au séminaire, je me suis consacré à Jésus par Marie devant une même icône et que c’est dans notre église que j’ai participé à ma première ordination diaconale, celle de Yannick Demey à qui je devais succéder 7 ans plus tard.

Vous avoir offert de prier pour les vocations sacerdotales et vous proposer la consécration mariale en cette année, vient comme accomplir ce que le Seigneur m’avait donné de commencer en lien avec ce lieu et son nom.
D’une certaine manière, ce qui m’a été donné a pu prendre chair en vous.

Dans ces charismes, vous serez peut-être surpris de ne pas voir associé la solidarité à Sainte Geneviève, dont l’Étape peut faire penser aux pains qu’elle a offert au parisiens. Mais les pauvres sont partout présents et n’ont pas forcément d’adresse, je dirais même qu’en tout lieu, ils doivent pouvoir sentir qu’ils ont du prix à nos yeux. C’est pourquoi il fût bon qu’une opération comme « Over The Blues », ai pu se déployer à Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours et que l’opération Hiver Solidaire s’expérimente l’hiver prochain à Saint-Daniel. « Celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense ».

Je terminerais par l’autre devise que j’ai reçu de mon prédécesseur, l’abbé Daniel, et que j’ai tenté de faire progresser par la mise en lien de beaucoup : Que tous soient un !

Je veux le redire en particulier aux jeunes : si chaque mouvement ou école a sa spécificité qu’il vous faut cultiver, vous n’imaginez pas encore ce qu’ensemble vous serez capable de réaliser.

À tous, je laisse aussi un vecteur d’unité, c’est l’engagement dans le projet Église Verte qui demande à prendre corps en chaque lieu comme il est déjà actif dans plusieurs communautés ecclésiales avec qui nous avons noué de réelles amitiés dans le Seigneur.

Évidemment pour vous comme pour moi, mon départ est un arrachement, mais comme dit l’écriture  » il est bon que je m’en aille « , afin de m’attacher davantage au Seigneur et pour que les œuvres que j’ai pu accomplir ou simplement initier soit véritablement de Lui et à vous si elles vous tiennent à cœur et que le Seigneur vous a accordé les talents pour les
poursuivre…

Continuez de prier pour moi, ma prière vous accompagne.

Père Julien