Sourire l’été : un signe du règne de Dieu

par le Père Didier Rapin
Curé des paroisses Sainte-Geneviève et Notre-Dame du Perpétuel-Secours

 

Bienheureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses, vous irez loin dans la vie.

Nous voilà déjà en été : L’évangile de ce premier dimanche de juillet nous rappelle de guérir les malades et aussi de leur dire « le règne de Dieu s’est approché de vous » (Lc 10,9). Il est une maladie qui est très commune, plus répandue qu’on ne le pense, c’est la critique (lorsqu’elle n’apporte pas de conseil positif ou constructif).

Reconnaissons-le humblement, nous sommes facilement portés à critiquer une personne. S’il y a des personnes que nous apprécions, d’autres nous agacent pour de multiples raisons, parfois importantes, mais pour la plupart mesquines : telle phrase ou critique que nous avons prise pour nous, telle décision qui ne correspond pas à ce qu’on avait proposé, tel rendez-vous oublié, le fait d’être remplacé comme bénévole par une autre personne, etc.

Bien souvent, c’est notre amour-propre qui est blessé. Et le risque est grand de tomber dans la rancœur ou la rancune. Plutôt que de ressasser et de faire du mauvais esprit, il vaut mieux vivre un dialogue plein de délicatesse avec la personne qui est l’objet de votre ressentiment.

Pour que le Règne de Dieu s’approche davantage de nous, le meilleur remède à cette maladie, c’est de chercher à vivre, avec l’aide de l’Esprit-Saint, les Béatitudes (voir Mt 5,1-12). Pour cet été, je vous en rappelle une version plus souriante que vous connaissez sans doute : il s’agit des « petites béatitudes » (de Joseph Folliet).

  • Bienheureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes, ils n’ont pas fini de s’amuser.

  • Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière, il leur sera épargné bien des tracas.
  • Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer et de dormir, sans chercher d’excuse, ils deviendront des sages.
  • Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux, ils seront appréciés de leur entourage.
  • Bienheureux ceux qui sont attentifs à l’appel des autres sans toutefois se croire indispensables, ils seront semeurs de joie.
  • Bienheureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses, vous irez loin dans la vie.
  • Bienheureux êtes-vous si vous êtes capable de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d’autrui, même si les apparences sont contraires vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix.
  • Bienheureux ceux qui pensent avant d’agir et prient avant de penser, ils éviteront bien des bêtises.
  • Bienheureux êtes-vous si vous savez vous taire et sourire même quand on vous coupe la parole, lorsqu’on vous contredit ou que l’on vous marche sur les pieds, l’évangile commence à pénétrer votre cœur.
  • Bienheureux surtout vous qui savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrez, vous avez la vraie lumière et la vraie sagesse.

Bon été.

Père Didier Rapin
Curé