Heureux soyez–vous !

Avec la nouvelle année nous échangeons des vœux et parmi ces vœux, figure en bonne place le bonheur.

Souhaitons-nous une santé florissante, un compte en banque bien garni, une vie affective et familiale heureuse ?

Sans doute tout cela, mais il nous faut nous demander quel est le véritable fondement du Bonheur qui découle de l’Evangile des Béatitudes ?

Le Christ ne nous donne pas un code de morale comme dans le décalogue, Mais un programme de bonheur qui à première lecture peut nous surprendre.

Le Christ nous veut heureux mais comment pouvons nous considérer comme heureux ceux qui œuvrent pour la paix, pour la justice, et qui récoltent souvent un grand nombre de revers voire de mépris plus que de véritables instants de bonheur.

Alors nous pouvons nous poser deux questions :

I -) Par quelle autorité le Christ nous parle –il de bonheur ? 
II-) Sur quoi ce bonheur repose-t-il ?

 

I -) Par quelle autorité le Christ nous parle de bonheur ?

Le Christ nous parle de bonheur car il a été jusqu’au bout de la détresse de l’homme En entrant librement dans la Passion, il a mis en évidence que ce qu’il y a de plus profond en l’homme n’est pas le péché, mais l’image de Dieu déposée en chacun d’entre les hommes.

Jésus touche là le fond de l’homme et il y découvre l’espérance du Père en chacun.

Ainsi le Christ peut parler du bonheur car il est le restaurateur de l’homme. Il est habilité à nous déclarer heureux parce qu’il connaît l’espérance que son Père place en chacun de nous.

Et il nous dit : « je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que ma joie soit parfaite ».

 

II -) Sur quoi ce bonheur repose–t il ?

Les Béatitudes nous font alors découvrir que le bonheur repose sur la joie de l’ouverture, la joie de ne rien limiter à soi et d’être disponibles pour demain et de pouvoir recevoir Dieu de Dieu.

Le Royaume de Dieu appartient au domaine de la grâce et du don et jamais à celui de l’acquisition ou de la comptabilisation.

« Heureux ceux qui ont un cœur de pauvre »

Le pauvre est celui qui est libre : il peut ainsi ouvrir son cœur et recevoir

Nous pourrions décliner ainsi chacune des Béatitudes parce qu’elles renferment le secret du Christ qui nous conduit vers le bonheur en recevant l’amour du Père et en nous le transmettant. C’est le bonheur que Dieu fait naître au plus profond de nous.

Les Béatitudes ne sont pas une morale à appliquer, mais ce qui se passe en nous, ce que Dieu accomplit en nous quand nous désirons être ajustés à lui. Elles nous font agir en homme de désir. Les Béatitudes décrivent le désir que Dieu a de nous rencontrer et le désir que nous avons de Dieu quand nous commençons à le recevoir.

Heureux soyez-vous tout au long de cette année !

Gabriel
Inspiré par le chapitre « Béatitudes » du livre « le Verbe et l’Alliance »
Mgr Albert Rouet